Actualité

L'innovation numérique au service de l'Agriculture

07/07/2016
L'innovation numérique au service de l'Agriculture

Les membres du club Agriculture de Précision de la coopérative EMC2 se sont retrouvés le 5 juillet sur les terres d’Arvalis à Saint Hilaire en Woëvre. Au programme, une présentation du projet « Digiferme » et de Oz, un robot de désherbage mécanique utilisé par les maraichers.

Pascal Kardacz, responsable du projet Digiferme, présente Arvalis comme un « Institut technique de recherche appliquée dont l’objectif est de faire de l’expérimentation en plein champ en vue d’acquérir des références et ensuite de communiquer avec les agriculteurs ».

« Arvalis est membre du Club Agriculture de Précision d‘EMC2 et nous organiserons tout au long de l’année des échanges sur des présentations, des données, des travaux réalisés par le club et l’institut » complète Aurélien Bourgeois, technicien Agro-Environnement à la coopérative.

L’objectif de la journée est de présenter le projet « Digiferme ». Arvalis a décidé d’accompagner les agriculteurs dans la mise en œuvre des technologies numérique en instaurant deux « Digifermes » pour tester les outils connectés en conditions réelles.
L’une d’entre-elles est située sur le site de Saint-Hilaire-en-Woëvre, en zone mixte polyculture-élevage avec une production de bovins viandes.

Ces entités serviront à la fois de laboratoire pour les instituts techniques et centres de recherche et de banc d’essai pour les prototypes et les outils en développement proposés par les entreprises et les start-up. L’ambition est de passer des concepts aux travaux pratiques.

Pour en savoir plus sur Arvalis et le projet « Digiferme » vous pouvez consulter le site internet www.arvalisinstitutduvegetal.fr et l’article Agriculture connectée : ARVALIS lance le projet « digifermes» en partenariat avec l’IDELE, l’ITB et Terres Inovia

La seconde partie de la présentation fut consacré à la découverte de Oz, un robot qui est aujourd’hui utilisé dans le maraichage, au travers d’une démonstration de désherbage mécanique dans un champ de maïs.

« Ce robot n’est pas encore mature pour les grandes cultures. L’intérêt est d’étudier la technologie : Comment fait-il pour se repérer, pour travailler seul, son efficacité au niveau désherbage mécanique » explique Pascal Kardacz.

« La robotisation va arriver dans les grandes cultures et nous entamons des sujets de recherche et de tests sur ces technologies qui seront reprises à l’échelle de plus grande parcelles » conclut-il.

Pour plus d’infos sur Oz,

consultez le site internet de Naïo Technologies