Actualité

Les groupes CAL et EMC2 créent l’union Terialis

20/07/2017
Les groupes CAL et EMC2 créent l’union Terialis

Les groupes CAL (Coopérative Agricole Lorraine) et EMC2 viennent de créer Terialis. Cette union de moyens a pour vocation d’accueillir à terme, les activités agricoles (1) des deux groupes au sein d’une structure unique.

La création de Terialis a pour objectif de faire face aux enjeux majeurs auxquels sont confrontés les agriculteurs (maîtrise des coûts, faiblesse des revenus agricoles, contraintes règlementaires, etc…). Mais au-delà de la performance économique qui reste un objectif permanent, la mutualisation des ressources financières et humaines est un atout de taille pour accompagner les révolutions technologiques et créer de la valeur par l’innovation. Quatre ans après la création de CEREST, les deux coopératives vont donc plus loin.

Dès cet été, la nouvelle Union reprendra la commercialisation des grains, en y intégrant une approche unique pour le pilotage des filières avec la prise en charge de la commercialisation des productions, le pilotage et la coordination de la supply chain (gestion des sites industriels et pilotage des flux transport). L’animation terrain, la relation adhérent, la gestion des installations et la logistique restent dans les coopératives.

Après l’avis favorable des instances représentatives du personnel, les Conseils d’Administration des deux Coopératives ont validé le principe de la création de cette union de moyens. Concernant la gouvernance, 8 administrateurs de la CAL siègeront auprès de 8 de leurs homologues de EMC2 au sein d’un Conseil d’Administration présidé par Jean-Paul Marchal (Président de la CAL). Le siège social sera à Laxou et la Direction Générale de l’union sera confiée à René Bartoli (Directeur Général EMC2). Eric Chrétien (Directeur Général de la CAL) sera Directeur Général Délégué de l’Union. En parallèle, René Bartoli et Eric Chrétien restent DG de leur coopérative respective.

Dès maintenant, les équipes opérationnelles des deux coopératives travaillent sur la définition de l’organisation des activités transférées. Pour chacune d’entre elle, seront étudiées la recherche d’économies, la qualité du service rendu ou encore la mutualisation des moyens financiers. A partir du 1er janvier 2018, c'est l'approvisionnement qui devrait être intégré dans l'Union, suivi de l'Agronomie et la création d’une activité « services innovants » courant 2018.

Dans les principes fondateurs de l’Union, les élus des 2 coopératives ont souhaité que la création de celle-ci se fasse dans le respect des lieux de vie historiques de chacun des partenaires, d’autant plus facilité par les technologies. (1) les activités machinisme et distribution grand public ne sont pas concernées par l’Union